DECOUVRIR > Historique

Historique


La Commune doit, sans doute, son nom à une tradition ancienne d'élevage : Villie-les-Boveres : village où l'on élève les bœufs.

On appelle couramment les habitants de Villy-le-Bouveret : Lou Favis - Les Favis : les mangeurs de fèves (document de 1890)


Mangeurs de fèves dans un village où on élève des bovins : éléments pris comme en-tête de la commune en 1990 et repris sur un pin's en 1992 par l'Association du Cercle Rural qui a fêté ses 75 Ans. C'est le blason de la commune.


« On y cultive surtout le froment, l'avoine et le sainfoin et l'on y récolte quantité de pommes et de poires à cidre. Quelques particuliers se mettent à faire de l'apiculture. En fait d'industrie, nous ne pouvons que citer que les moulins FALCONNET sur les Usses, le moulin TISSOT au confluent du Verey et les forges SUBLET. » (Dictionnaire des Communes 1904).


Villy-le-Bouveret a été longtemps liée à Menthonnex-en-Bornes. Elle dépendait en majeure partie de la Seigneurie de TURCHET (Menthonnex) ; par contre, Menthonnex-en-Bornes appartenait à la paroisse de Villy-le-Bouveret jusqu'en 1701.


Villy-le-Bouveret est l'une des plus petites communes françaises à être jumelées avec un village allemand en 1984, Gutenberg, (jolie montagne ) à 7 kms à l'Ouest de Bad-Kreuz-Nach et à 35 kms à l'Ouest de Mayence dans le Rhein-Land.



Quelques anecdotes

Le 25 Juin 1581, un incendie détruisit la cure, l'église et 13 maisons du village de Villy-le-Bouveret.


Une petite cloche nommée BARBARA, fondue en 1582, préservatrice des calamités naturelles, possède un timbre particulier dû à sa grande teneur en argent. Elle fut classée par les Beaux Arts en 1943.


En 1801, le jeune abbé Claude FAVRE créa une école dans le presbytère. Elle compta jusqu'à 70 élèves et fut transférée à La Roche sur Foron en 1807, Collège Ste. Marie de nos jours.


Le Père MERMIER, fondateur des Pères de St. François de Sales, a commencé ses études au Collège de Villy-le-Bouveret.


 
Service proposé par Magnus - Powered by MagicSite